Histoire de l'association

L'A.D.DE.V.A. 44 est née, suite à la réunion constituante du 27 juin 1997 à la salle Jacques Brel de St Nazaire, en présence de 500 personnes. Bien entendu, un travail conséquent avait commencé bien avant cette dates. Nous étions peu nombreux pour le réaliser et s'engager dans une lutte de défense des victimes de l'amiante avec 57 adhérents en 1998.
Amiante dont l'utilisation est interdite dans notre pays depuis le 01/01/1997. Une grande victoire...

A force de volonté et de recensement des victimes dans le département 44, 5000 adhérent(e)s font parti de l'association départementale. Pour être au plus près des victimes nous avons décentralisé depuis le 01/01/2004 les dossiers de l'association dans le 44, nous ne pouvions plus les gérer seulement à partir de Saint-Nazaire. Nous disposons désormais de neuf permanences fonctionannt seulement avec des bénévoles. Nous contactons par mois, environ 500 personnes.
Pour cela, il a fallu beaucoup de bénévoles à l'a.D.D.E.V.A. 44, sur tous les bénévoles dans le 44 quatre vingt environ tiennent des permanences, bénévoles formés, d'autres effectuent des tâches administratives (mises sous enveloppes, matériel, informatique, trésorerie, organisation, etc...)
Nous continuons la décentralisation des activités de l'association avec une politique permanente de formation des bénévoles.

Quel que soit le sujet abordé à cause de l'amiante, nous continuons notre activité sur le recensement des victimes de l'amiante ; celles qui ne savent pas qu'elles ont été exposées, celles qui ont été exposées, celle qui ne veulent pas savoir.

Puis cibler les travailleurs des garages les mécaniciens, les casseurs, les travailleurs du bâtiment qui aujourd'hui ont le risque d'être le plus exposé.

Les artisans, les petits commerçants ne sont pas plus responsables que leurs salariés ou anciens salariés, d'ailleurs, nous leurs avons obtenu aussi l'indemnisation du FIVA s'ils sont contaminés. Maintenant nous voulons la reconnaissance pour leurs maladies professionnelles, etl'indemnisation pour toutes les "victimes" de l'amiante car, quand une personne est contaminée voir décédée dans une famille, celle-ci subit des préjudice moraux en général le conjoint survivant, préjudices indemnisés pouvant aller aux enfants et petits enfants au même titre que la ou les victimes du foyer familial.

Notre activité

L'activité à n'en pas douter, est marquée par des actions différentes. Délégation à DUNKERQUE, SENS, DOUAI, manifestation à PARIS à la Cour d'Appel de RENNES au TASS de NANTES pour procédure de faute inexcusable de l'employeur. Gestion des dossiers du Fonds d'Indemnisation des Victimes de l'amiante. Nous nous attaquons résolument à la prévention des populations et des victimes de l'amiante contre le cancer, dont la recherche en particulier sur l'évolution du Mésothéliome ( Cancer de la plèvre ) pour cela nous sommes aidés par des praticiens expérimentés comme certains pneumologues et chercheurs. Nous sommes animateurs dans le cadre du plan prévention amiante de la Région Pays de Loire, sur les déchet de l'amiante avec leur valorisation par incinération.

Nous le disions précédemment, la décentralisation de certaines de nos activités s'est faite dans les différents secteurs du 44. Chaque fois, lorsque nous avons fait remonter les besoins de l'Association auprès des municipalités concernées, nous avons eu un très bon accueil et des mises à disposition de salles pour les réunions publiques et permanences, de boîtes aux lettres.

Notre objectif est de connaître un jour le procès de l'amiante dans notre pays... 4000 morts par an ce n'est pas rien...